Notre GRAND VOYAGE

Notre   GRAND   VOYAGE

Avril 2002-premier mois du Voyage

Avril 2002-premier mois du Voyage
04/04/2002 : Bingo !! C'est le jour tant attendu . Nous avons remis les clés de l'appartement aux nouveaux propriétaires la veille en fin d'après-midi . Nous voilà "au pied du mur" , ou plus exactement avec pour seul domicile notre vieux camping-car et l'aventure devant nous .
Le voyage peut donc commencer , avec 3mois & 3jours de retard sur les prévisions initiales .
C'est le matin !
La nuit à été bonne et le petit déjeuner est le bienvenu .
Marie Amélie s'apprète à partir vers son travail comme chaque jour ; pour ne pas prolonger l'instant on s'embrasse ,sûrement un peu plus fort que d'habitude , et la voilà partie l'oeil rivé  dans le rétroviseur et moi "avec tous mes yeux à sa poursuite" !!
Je reste là , comme un con , l'oeil dans le vague !!

Je me secoue , je range le camping-car , je pisse un coup , puis je fais chauffer le moteur pendant que je visionne la carte routière pour tracer ma route en direction d'Angers .

C'est décidé , je pars par la côte en direction de Fréjus ! Et me voilà PARTI !!!

La journée s'écoule paisiblement au rythme lent que j'affectionne habituellement ; je profite à fond des paysages et je fini mon étape pour aujourd'hui sur le port de la bonne ville de Sète . Je décide de m'offrir une bonne bière les "doigts de pieds en éventail" sous l'auvent d'un bistrot face au docks ; c'est le bonheur qui me coule dans la gorge . Puis je déambule quelques temps dans les rues calmes à cette heure de l'après-midi , puis je me rentre pour travailler un peu à l'informatique en attendant le repas du soir , le tout en écoutant la radio .

05/04/2002 : Après une bonne nuit c'est l'heure du café ! Par les fenêtres j'observe un gros cargo dans le port , et les routiers stationnés là qui s'apprêtent à repartir pendant qu'un autre

camping-cariste sûrement arrivé dans la nuit dort encore à poings-fermés . Le soleil se lève à peine et je pense qu'il fera beau . Je me décide à reprendre la route en longeant les plages en direction d'abord du Cap d'Agde puis de Béziers , ensuite on verra . Seul mais content je roule tranquillement .

06/04/2002 : En définitive j'aurai roulé jusqu'à La Roche-Chalais où j'arrive quelque peu fatigué . C'est un village minuscule et sans âme et je trouve à me stationner sur une petite place de l'église et de la mairie en retrait de la route et qui surplombe une vallée verdoyante où serpente une rivière , la Dronne . Les habitants alentour m'observent un moment , puis à l'heure du coucher voilà qu'une bande de jeunes à mobilette vient faire rugir les mécaniques ! J'enrage !! Une bonne heure plus tard le calme revient et je sombre dans les bras de Morphée !!......puis vient le matin , les oiseaux chantent , et une nouvelle journée m'ouvre la route .
08/04/02 : Arrivé la veille à Montreuil-Juigné , près d'Angers ,je m'apprête à rencontrer le constructeur de C.Car avec lequel j'ai rendez-vous dès 8h30mn . Pour avancer dans la vie il faut se lever !
La rencontre se déroule normalement et j'expose mes désidératas ; la mise au point s'effectue mais une incertitude subsiste quant à la mise en oeuvre d'un complément d'isolation thermique que je je propose et qui pour l'usine serait une innovation , et j'insiste ; je veux également , entre-autres , installer une éolienne type marine , qui rencontre une vive oposition car me dit-on çà n'a jamais été fait non plus , et que les clients d'habitude se contentent et sont satisfaits de panneaux solaires ; moi je veux les deux . Je suis obligé d'expliquer mes raisons pour les 2 sujets . Elles sont en "béton" et j'obtiens satisfaction . Pour une fois encore de secouer le "cocotier" aura fait évoluer les mentalités et les idées reçues . Puis après une visite de l'usine et le choix(très limité surtout pour du haut de gamme) des tissus pour sièges et rideaux ansi que pour le revêtement de sol , la rencontre se termine à charge pour moi d'aller passer commande chez le concessionnaire que je dois rencontrer le 10/04/02 à St-Gilles près de Rennes .Je reprends aussitôt la route .

10/04/02 : St-Gilles est une bourgade de 3000 âmes environ sans particularité à part un bistrot sympathique mais sans plus ! J'y passe un moment pour lire un journal et prendre un café , sur lequel j'enchaine sur trois bons gros verres de vin blanc car il est vraiment bon ! Sinon il n'y a rien a découvrir.

Je m'octroie 1 journée de repos puis je rencontre le concessionnaire ; rebelote , j'expose mes choix d'accessoires , je fais visiter mon vieux camping-car qui est prévu en reprise , et les choses sérieuses commencent , à savoir délais et prix . Quatre heures seront nécessaires à la conclusion de l'affaire . Mais "la chose" est finalement signée . Je suis nettement allégé............de mes billets !!!!..........(soulagé abondament.......mais content !!!)

12/04/04 :Je quitte déjà Scaër où je serai resté deux nuit pour rendre visite à ma soeur et à toute sa famille . Trois ans déjà que je n'étais pas venu . Les enfants ont grandis et nous avons eu bien du plaisir à nous retouver tous . Comme d'habitude j'ai ramené ma "fraise" avec mes grands discours ; j'ai mis de l'animation dans la routine ambiante ; j'ai visité l'élevage de moutons ; j'ai bien échangé sur bien des sujets et j'ai même réussi à convaincre ma soeur du bien fondé de l'installation d'internet pour la plus grande joie des enfants qui trouvent là une belle fenêtre sur le monde et qui se mettent à considérer que ce tonton un peu fou sans doute est un bienfaiteur et que même la vie qu'il va mener est "plutôt bien" ; le papa lui est plutôt perturbé par le "cyclone" de passage !!On se promet de nouvelles retrouvailles pour la fin de l'été prochain , et " le bof , le frérot , le tonton, " s'en va comme il était venu .
Je me retrouve 70Km plus loin à Plozévet où j'ai mon frère a voir à 18h .Arrivé en avance j'en profite pour aller me recueuillir sur la tombe de m es parents puis à me rendre à ce qui fut le domicile familial .
Puis c'est l'heure et je retrouve mon frère qui "aussi sec" m'enmène avec lui déplacer une table de campagne dans sa résidence de Beuzec . On fait..... puis on visite....puis on fait des commentaires sur une cuisine "top" en cours d'installation ......... puis on papote et on revient à "Ploz" boire un coup . Un court mais bon moment ensemble qui se termine car il repart sur Quimper et moi je décide de rallier la falaise et le petit port de Penhors pour la nuit . A peine installé , un air iodé plein le nez , je regarde les vaguelettes venir mourir sur la grève sous un soleil couchant razant et rouge vif. C'est tout simplement beau !! Puis je me prépare une bonne omelette et des haricots verts en sirotant un verre de vin . L'instant est chouette mais je pense à ma moitié restée au Cannet . Je lui téléphone puis à Virginie qui se trouve à Val-d'Isère , puis à Erwan à Cannes et je leur raconte les vagues et le soleil couchant . Pour le reste , vous n'avez pas besoin de savoir !
13/04/02 : Réveil et café en bord de mer , c'est génial . Il fait beau . Je prends le temps puis je pars à Plozévet prendre le journal et un pot au bistrot histoire de voir ce que devient la faune locale . Rien de spectaculaire , des gens que j'aurai aimé voir ne sont naturellement pas là , les autres sont sans intérêt . Je plie bagage en direction des viviers d'Audierne . Là je fais une ballade jusqu'à la jetée ou je rentre en grande conversation avec un pêcheur à la ligne local qui rejette au fur et à mesure des Vieilles trop petites en râlant comme un goret après ceux qui ont un bateau et qui remontent des Maqueraux en quantité car il y a un banc énorme à quelques encablures . Comme je suis un peu salaud je trouve le moyen de lui retourner le couteau dans la plaie !! Le bougre n'est pas content . Je me "marre". Et puis c'est midi et je me rentre casser une croûte . Au soir je me retrouve invité au restaurant par mon frère et sa femme , finalement je me la coule douce , pourvu que çà dure !! Ensuite je décide de passer la nuit sur l'esplanade du vivier .
Au matin du 14/04/02 : café relax en musique et coup d'oeil direct sur les mouvements des bateaux ; j'apprécie . En début d'après midi je fais escale à Douarnenez où j'ai décidé de rendre visite à Sylvie , une "Penn Sardin"de mes connaissances dont j'ai un mal de chien à dénicher la rue ; c'est sa voisine du dessus qui vient m'ouvrir . Sa surprise est de taille à la découverte du visiteur . On part à pied visiter le port et comme j'aurai bien voulu voir sa fille Vanina elle l'appelle et on se retrouve attablés tous les trois au bistrot et une fois de plus çà bavarde un "max" . Vanina part bientôt pour Londres histoire de parfaire son anglais et donc je lui transmets l'expérience de Virginie qui y a séjourné plus d'un an . Sylvie envisage de re-vivre avec son copain Yves qui travaille actuellement aux Baléares . Moi je lui annonce que je me re-marie bientôt . Je leur fais écouter au retour du port un CD composé par Erwan puis l'heure est aux adieux en attendant la prochaine fois . Je me rappatrie sur Plozévet où je passe la nuit dans la cour de l'ex-maison familiale , avant de prendre définitivement le chemin du retour pour le sud dès le lendemain .
15/04/02 : je taille la route vers Nantes ou je dois faire une démarche au Ministère des affaires étrangères pour enfin obtenir un certificat de naissance conforme pour Marie Amélie en vue de notre mariage . Puis je roule jusquà Parthenay qui sera mon étape nocturne .
16/04/02 : je m'extrais des plumes , j'avale un café et VROUMMM.....direction Carcassonne ou j'arrive épuisé à la nuit . Comme vers 13h j'ai déjeuné comme un ogre dans un routier , ce soir un yaourt suffit et DODO !! ...je suis "cuit" .
17/04/02 : la nuit a été réparatrice , et il est 7H30mn .Je range un peu mon "bordel"et je prends la direction de Sète qui n'est pas très loin en pensant y passer la journée et la nuit . En fait je passe la journée à la plage ; c'est le farniente ! Pour la nuit je reviens sur les docks .
18/04/02 : me voilà de retour au Cannet pour récupérer du courrier puis à Grasse où je rejoins Marie Amélie qui a élu domicile chez sa mère pendant qu'elle est en séjour dans sa maison de Malpique au Portugal . On se fait des joies que vous n'avez pas à connaître .
Jusqu'au 27/04/02: R.A.S.
28/04/02:c'est dimanche et de bonne humeur nous sautons dans la Twingo en direction de Cabris . Il fait beau mais le fond de l'air est frais . Arrivés sur place nous faisons quelqes pas sur le chemin qui domine la baie de Cannes et donne une belle vue sur le lac de St Cassien , puis nous allons voir les boulistes ; ensuite du promontoire de la place du Château nous admirons le panorama avant de prendre des nouvelles de la maman de Marie Amélie au Portugal et de Virginie à Val-d'Isère . En chemin nous rencontrons sur la terrasse d'un café , Jean-Pierre(un des beau-frères) et un copain , attablés à l'apéritif pendant que leurs épouses font les courses pour le barbecue qu'ils ont prévu . Je prends le "pastagas" avec eux , puis ils s'en vont allumer le barbecue . Comme tout va bien et comme c'est l'heure nous allons faire une petite bouffe dans un restaurant du village pour un "repas de la mer". Satisfaits , c'est le retour au bercail pour TV et sieste !
Jusqu'au 30/04/02:R.A.S.


06/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi